Miamitudes

Salon du chocolat à Bruxelles, petit feedback …

Chez Nihant

Le weekend passé se tenait à Tour et Taxi le premier salon du chocolat à Bruxelles ! L’occasion pour les amoureux de la fève de parler du métier de chocolatier à des passionnés et de découvrir des nouvelles créations  🙂

Sac de fêves de cacao chez Blondeel

Sac de fêves de cacao chez Blondeel

Ce salon gourmand était, comme son nom l’indique, consacré au chocolat : on y parlait de ses origines, du type de fève, de manière de le travailler, de ganache et praliné…un incontournable pour les amateurs ! De nombreux exposants, artisans dont ce produit est leur passion ont répondu présent : on y retrouvait surtout des maîtres chocolatiers connus, quelques uns moins connus.

Les maisons populaires et les entreprises de produits de luxe étaient bien évidemment placées en première ligne, dès l’entrée impossible de louper Léonidas, Godiva, Neuhaus et Marcolini…

Un aperçu du hall principal (entrée)

Un aperçu du hall principal (entrée)

On pouvait retrouver, juste en face de l’entrée également, un petit stand Magnum ou il était possible de créer, moyennant quand même plus de 4 euros, votre propre bâtonnet glacé (choix de chocolat ainsi que de toppings).

Chez  Neuhaus, on vous proposait moult démonstrations ainsi que quelques dégustations dans un énorme corner, ce qui était assez sympathique. Du côté de Leonidas,  juste une grosse boutique, pareil pour Godiva, mais en plus humble. Marcolini ,quant à lui, avait étalé un petit « parcours découverte » de la cabosse au chocolat, dans une atmosphère épurée un peu sévère et très chic. (Heureusement le personnel aux gants blancs était très agréable et souriant) Pas ou peu de dégustations chez les grandes enseignes à part chez Neuhaus.

Démonstrations chez Neuhaus

Démonstrations chez Neuhaus

Quelques mots sur  la cabosse et le chocolat :

Ce fruit qui pousse sur le cacaoyer  contient les précieuses fèves de cacao (autrefois monnaie d’échange chez les aztèques), bien protégées par une pulpe blanche sucrée. Ces fèves, après plusieurs traitements comme la fermentation, le séchage, le broyage, le malaxage, le conchage,.. donnera cette fameuse masse de cacao (cacao + beurre de cacao) qui après l’ajout de sucre deviendra le chocolat tel qu’on l’achète. Il existe plusieurs sortes de fèves (criollo, trinitario et forastéro)  dont les assemblages et les mélanges d’origines donneront des chocolats aux saveurs très différentes :  une touche d’acidité, d’amertume, un goût de banane ou une odeur de tabac blond, de caramel…le tout est de trouver un mélange équilibré.

Une cabosse ouverte chez Marcolini

Une cabosse ouverte chez Marcolini

Sculptures délicates en chocolat

Sculptures délicates en chocolat (hall principal)

Si vous désirez en savoir plus sur les origines de votre chocolat, rendez vous au Musée du chocolat près de la Grand Place…

Mais revenons au salon : Un peu cachés par les énormes corners des grosses « machines de guerre chocolatée »,on retrouvait avec bonheur les petits chocolatiers :  Frédéric Blondeel, par exemple, dont le magasin et la glacerie se situe sur la place du quai au brique à Bruxelles, il fabrique lui même son chocolat (à partir d’un mélange personnel de fèves ) et je pense bien aller goûter ses glaces en été…Malheureusement, au salon, il ne semblait pas proposer de dégustation.

Stand de Frédéric Blondeel

Stand de Frédéric Blondeel

Un peu plus loin était placée la chocolaterie Benoît Nihant qui fabrique également son chocolat, et propose, outre leurs magnifiques petites pralines, des tablettes de mélanges intéressants à partir de fèves d’origines variées. Accessibles et souriants derrière leur petit stand, ils ont pris le temps de répondre à mes questions et j’ai pu y goûter un chocolat au lait délicieux, très complexe, avec un franc goût de banane… Sur l’emballage de leur tablette on retrouve le type de fèves utilisées, l’origine, ainsi que le pourcentage en cacao. Une agréable découverte! (Ci dessous le stand de Benoît Nihant )

Les tablettes allèchantes de chez Nihant

Les tablettes allèchantes de chez Nihant

Chez Nihant

Chez Nihant

Placées assez loin l’une de l’autre, de manière sans doute stratégique, les entreprises New Tree et Zaabar présentaient également leurs produits au salon. Leur créneau est plus ou moins comparable : créer des tablettes de chocolat de dégustation en y incorporant des épices. Chez Zaabar on propose également des tablettes avec des mélanges de fèves d’origines différentes. Si vous vous rendez dans leur magasin situé chaussée de Charleroi à Bruxelles, vous pourrez voir des chocolatiers à l’œuvre et  goûter un peu de tout,cependant, au salon, leur coin m’a semblé assez triste malgré leur mini « workshop ».

Les tablettes New Tree se retrouvent quant à elles très souvent dans la grande distribution, ce qui est bien pratique. Pas mal de dégustations étaient proposées sur leur stand, mais les exposants semblaient avares en explications…

Le chocolatier  Laurent Gerbaud était bien placé au milieu du premier hall, il s’agit d’un petit atelier artisanal qui propose des assemblages de chocolat- épices- fruits secs de très belle qualité. Il travaille également un chocolat noir très particulier, peu sucré et riche en antioxydants. J’y ai fait mon deuxième stage lors de ma formation de chocolatier.

Laurent Gerbaud

Laurent Gerbaud

Mon petit tour continue…

J’ai pu découvrir un produit assez inédit : les Barres de chocolat de  Denis ! Denis Pajon est un chocolatier français originaire de Vernou en Sologne. Il a pensé aux gourmands en proposant des bâtonnets fourrés de pralinés très variés enrobés de chocolat. Il en a pour tous les goûts. Sa création à l’orange et au rhum fera sans doute merveille avec un café fort  ou un rhum vieux.  Un chocolatier très sympathique, jovial et passionné, qui a répondu a toutes mes questions et qui m’a également proposé une dégustation.

Les Barres de Denis

Les Barres de Denis

Je suis également tombée sous le charme des saveurs et goûts originaux et osés proposés par Deremiens : un artisan chocolatier originaire d’ Orval. Un chocolatier qui n’a pas peur de prendre des risques, et qui semble braver la frilosité souvent incompréhensible des personnes « qui n’aiment rien » : caramel à l’Orval, riz au lait fumé, mojito, et …il me semble avoir vu « ketchup » O_O  ! Bref, des créations originales, pain béni pour les curieux comme moi ..surtout que c’est vers cette tendance que je compte me diriger au niveau de mes créations chocolatées.  J’ai pu brièvement bavarder avec François Deremiens, un personnage intéressant et sympathique, mais celui ci a brusquement interrompu notre petite causerie d’initiés (oui, je frime, je suis une initiée :p ) pour se diriger vers un couple plus susceptible d’acheter que de bavarder ..Je me suis sentie de trop et je suis partie…je n’ai pas pu demander pour goûter et j’ai du implorer une de ses aidantes pour recevoir sa carte.

Cette mini rancœur personnelle (qui a légèrement ébranlé ma fierté sans doute mal placée) n’affecte en rien l’admiration que j’ai pour cet artisan, j’aurais juste voulu me faire une idée plus personnelle de sa qualité en goûtant un petit bout et en discutant quelques petites minutes en plus. Mais je comprends qu’il est difficile de faire plaisir à tout le monde…(ci- dessous un cocktail de pralines aux couleurs attrayantes et leur sympathique créateur)

Un festival de saveurs effrontées chez Deremiens

Un festival de saveurs effrontées chez Deremiens

IMG_3092

J’ouvre ici un parenthèse chargée de mauvaise humeur attention, attention : Petit coup de gueule contre certains exposants qui vaut pour tous les salons du genre…Me voici, gentille petite madame d’une trentaine d’année au look encore un peu estudiantin, avide de connaissances et de découvertes : j’admire vraiment les artisans qui percent et qui ont travaillé dur pour se faire connaitre et se donner une rémunération potable, je sais que c’est difficile et je peux comprendre qu’ils préfèrent sans doute amadouer des personnes avec un profil « de bons clients » (c’est à dire le couple de la bonne cinquantaine ou des mamies aux poches bien remplies) mais tout de même, je ne demande pas la lune : quelques minutes d’attention, ne pas devoir supplier pour goûter quelque chose, ne pas se faire « nier la tronche » presque systématiquement lorsque je « standby » devant un comptoir parce que je tente de faire savoir qu’un de leur produit m’intéresse…

J’aimerais juste dire que ce n’est pas parce qu’on a l’air « jeune » et « cool » (je me sens déjà vieille pour avoir dit ça) qu’on est pas client ou qu’on essaie d’avoir « du gratuit » ! (Nous sommes clairement vos prochain clients potentiels)

Par ailleurs, j’estime que la place du salon est déjà assez chère payée (8,50 euros pour le vendredi et 10euros pour les autres jours) que pour devoir quémander une dégustation tel un mendiant..(pas le chocolat, hein, la personne ! Oui, mon humour est parfois douteux ^^) Et cela vaut évidemment pour tous les autres salons : les « Arts ménagers » où mon copain et moi sommes soit ignorés soit agressés, le salon des vacances : systématiquement ignorés, le salon des gourmets : là on existe même plus…bref. Je ferme la parenthèse même si je suis toujours un peu offusquée, certes..

Pour en revenir à l’originalité et à l’étrange : dans le deuxième hall,  j’ai pu voir des distributeurs de ballotins de pralines! Oui, des distributeurs. Ce qui m’a fait pensé aux images du Japon, où l’on peut parfois voir des distributeurs de tout et n’importe quoi. Du coup, j’ai trouvé l’idée assez amusante, mais je ne sais pas si cela pourra fonctionner : en effet, comment savoir quels choix de pralines se trouvent dans la boîte? Et si elles sont encore comestibles? (Bien que la conservation sera certainement assurée par le côté réfrigérateur. )

Distributeur de pralines !

Distributeur de pralines !

S’ils jouent le jeu du « Japanese style » avec des couleurs attrayantes et un peu kawaii pourquoi pas 🙂  J’imagine que l’idée c’est d’en poser un à coté d’une boulangerie, un peu comme les distributeurs de pain frais.

A propos de « Kawaii » , je ne peux pas terminer cet article sans parler des adorables bijoux  de chez Manu Création, j’étais vraiment tentée !

Bijoux Manu Création

Bijoux Manu Création

 

Des bijoux mignons tout en détail chez Manu Création

Des bijoux mignons tout en détail chez Manu Création

Il y avait plus de 90 exposants donc impossible d’en faire le tour, je citerai encore Dupont avec un Thé qui semblait proposer des goûts de ganache intéressants (je n’ai pas eu un semblant d’intérêt de leur part en tant que « jeune » :p), Debailleul et leur mignonnes créations, les cannelés appétissants de chez Lemoine, les créations gourmandes de Arnaud Champagne,… Bref, un joli panel d’artisans et d’entreprises.  Il y avait aussi des démonstrations de recettes inédites « en live ». (ici les photos de Lemoine, Arnaud Champagne et Debailleul)

Cannelés Lemoine (Bordeaux)

Cannelés Lemoine (Bordeaux)

Arnaud Champagne

Arnaud Champagne

Chez Debailleul

Chez Debailleul

Pour finir, le défilé qui a commencé avec une bonne demie heure de retard mais je ne leur en veux pas : une robe en chocolat, ce n’est pas évident à enfiler et ça fond ! Une présentation de douze jolis modèles tous très différents, c’était assez impressionnant: jugez plutôt !

IMG_3125 IMG_3133 IMG_3140En conclusion : un salon – marché agréable, varié et intéressant, mais où l’esprit de vente domine la situation. J’aurais souhaité avoir un peu plus d’interactions avec les artisans et des propositions de dégustation plus spontanées. (Je suis certaine de ne pas être la seule personne à ne pas vouloir miauler devant le comptoir pour avoir un petit bout de chocolat  🙂 )

Je remercie cependant chaleureusement les personnes qui m’ont accordé du temps malgré l’effervescence.

Et une dernière photo pour la route, avec Olivier Demol, le créateur de chez Neuhaus  😉

Chez Neuhaus avec Olivier Demol

Chez Neuhaus avec Olivier Demol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *